Décideurs en région : Pourquoi la Caisse d’Epargne, partenaire de l'événement, et Meltygroup, dont le cofondateur, Alexandre Malsch, est président du jury, ont-ils souhaité s'impliquer dans le concours de start-up EngrainaGES ?

Cédric Mignon : C'était l'occasion pour la Caisse d’Epargne de soutenir des projets intéressants conduits par des jeunes qui ont vraiment l'esprit d'entreprendre. Dans le même temps, cela nous a donné beaucoup d'idées pour accompagner davantage, et mieux, les entrepreneurs.

Alexandre Malsch : Nous avons la chance d'être accompagnés depuis que nous sommes une toute jeune start-up par des partenaires comme la Caisse d’Épargne. Alors, aujourd'hui, c'est formidable d'être, à notre tour, aux côtés de jeunes pousses. Il s'agit modestement de donner de notre temps pour essayer de transmettre ce qu'on a appris, les conseiller sur les erreurs à ne pas commettre... Et c'est effectivement une expérience très inspirante !

Un tel concours est donc une source de réflexion et de renouvellement pour des entreprises établies comme les vôtres...

Alexandre Malsch : C'est en effet particulièrement intéressant d'observer comment chacun des porteurs de projets trouve des idées, arrive à innover, à inventer. Ils ont une énergie formidable. Cela me rappelle ce qu'était mon aventure entrepreneuriale quand j'ai commencé et c'est très excitant de revenir aux sources grâce à eux !

Cédric Mignon : C'est aussi une source d'inspiration pour la Caisse d’Epargne. Nous allons d'ailleurs soutenir plusieurs projets présentés qui ont du sens et un lien avec notre activité. Mais nous avons aussi décidé plus largement de créer Néo-Business, un dispositif d'accompagnement des entreprises innovantes. Il ne s'agit pas là seulement de mettre à disposition des locaux et un incubateur.

Nous nous devons également de déployer des conseillers spécialisés et d'être capable d'appréhender le risque différemment. Nous ne pouvons par exemple pas demander à une start-up d'avoir cinq bilans derrière elle. Il faut donc savoir analyser les entreprises différemment et leur apporter tout l'écosystème local qui fait la force des Caisses d’Epargne.

 Vous défendez donc une idée de « partage » dans les relations entre ces sociétés émergentes et les vôtres ?

Alexandre Malsch :Cette notion est centrale. Quand on voit qu'un grand groupe comme la Caisse d’Epargne arrive à se rendre utile aux start-up, à parler leur langage, à avoir cette culture digitale tout en proposant des produits efficaces, il apparaît logique qu'un plus petit groupe comme Meltygroup donne ce qu'il a : du temps, de l'énergie, quelques idées... L'idée de fond étant donc de se rendre utile.

Cédric Mignon : Notre nouvelle « signature » est justement « Vous Être Utile ». Je crois que nous le sommes, utiles, depuis très longtemps, mais nous allons maintenant le revendiquer.  Et, à nos yeux, une façon de l'être est justement d'accompagner ces jeunes entrepreneurs.

À lire aussi :

"La Caisse d'Epargne crée des ponts avec les start-up"

Concours EngrainaGES : les Ateliers d'Aubusson à l’honneur