La récente évolution des nouvelles technologies est une opportunité pour les villes : ce sont des moyens d’améliorer et d’offrir de nouveaux services aux usagers. Elles sont au cœur du développement de ces innovations et y participent activement : elles sont tour à tour utilisatrices, créatrices, accompagnatrices de ces avancées technologiques.

STRATÉGIE GLOBALE, L’ÉMERGENCE DE LA SMART CITY

La smart city, ou ville intelligente, est un concept en plein développement. C’est une façon d’envisager la ville de demain, en intégrant les nouvelles technologies pour optimiser les services rendus aux usagers mais aussi assurer une meilleure gestion des infrastructures. Les domaines d’application sont nombreux : voirie, eau, transports, déchets, éclairage… Et de nouveaux restent à inventer.
Ce développement est notamment possible grâce au déploiement des smartphones et aux récentes avancées menées dans les technologies des capteurs.

NICE ET LYON, DES VILLES INTELLIGENTES EN PLEIN ESSOR

Deux villes sont pionnières dans ce domaine, Nice et Lyon. Nice, parce qu’elle expérimente l’Internet des objets pour la gestion urbaine, avec son boulevard connecté, depuis juin 2013. Il s’agit de relier un grand nombre de choses à Internet
– en l’occurrence la chaussée, les lampadaires, les containers à ordures – grâce à des capteurs, la fibre optique ou encore des caméras. Les informations récoltées sont traitées, mutualisées et trouvent diverses applications, dont la mise à disposition aux citoyens de services de plus en plus personnalisés.
Dans le cadre de la construction de la ville de demain, Lyon a mis en place une stratégie de smart city. « L’usager est au cœur de cette stratégie, mais elle doit également favoriser le développement économique de l’agglomération », indique Jean-Philippe Hanff, délégué général au développement économique et international de Lyon. Trois grands domaines sont concernés : la mobilité, le développement durable et les services aux usagers.

AU SERVICE DE LA MOBILITÉ

La mobilité et les transports sont un domaine au sein duquel les nouvelles technologies trouvent de nombreuses applications. Ainsi, à Lyon, l’application pour téléphone mobile Onlymoov’ accompagne les usagers dans leurs déplacements quotidiens. « Grâce au GPS interactif et aux prévisions de trafic intégrées, l’application détermine et propose le mode de transport le plus rapide », précise Jean-Philippe Hanff.
Elle permet également de visualiser l’état du trafic en temps réel, les chantiers perturbants, les places disponibles des parkings et des stations de vélo, etc.
Ces progrès bénéficient également à la collectivité, en permettant de limiter certains investissements très lourds : « se doter d’un service d’information très pointu sur la mobilité revient beaucoup moins cher que d’avoir à ouvrir une nouvelle ligne de métro », explique Jean- Philippe Hanff.

LES TRANSPORTS ET LES TECHNOLOGIES SANS CONTACT

Le système NFC (Near Field Communication) – technologie de communication radio à très courte portée – a commencé son déploiement en 2010. Ses usages vont croissant, notamment en matière de billetique dans les transports (mais également pour le tourisme). Il est ainsi possible de payer son titre de transport avec un smartphone, en l’approchant d’un valideur.
Nice a déployé cette technologie dès 2010, elle a récemment été imitée par Caen et Strasbourg. Pour l’usager, cela facilite l’utilisation des transports en commun : fin des files d’attentes, consommation selon les besoins…

FACILITER LE STATIONNEMENT

La ville de Valenciennes a innové en matière de stationnement payant. Depuis mai 2013, l’application gratuite Skipi permet de payer les places de parking via un smartphone, sans utiliser d’horodateur.
Après avoir téléchargé l’application, renseigné leurs coordonnées bancaires et indiqué leur plaque minéralogique, les usagers choisissent la durée de stationnement dont ils ont besoin, et le coût est automatiquement débité de leur compte.
Ils peuvent l’arrêter en cours, ou être prévenus peu avant l’heure de fin de l’autorisation de stationner pour ajouter des crédits à distance.
La ville de Paris a également pour projet de mettre en place une solution de paiement du stationnement grâce aux téléphones mobiles, à partir de 2014. Outre le service aux habitants, ce dispositif vise à améliorer le taux de paiement des places de stationnement.

DÉVELOPPEMENT DURABLE : ÉCLAIRER INTELLIGEMMENT

L’éclairage public constitue également un domaine d’expérimentation, permettant des résultats intéressants en matière d’économie d’énergie et de rationalisation des consommations. Il faut citer ici la ville de Saint-Gratien dans le Val-d’Oise, qui a mis en place un système de télégestion de l’éclairage public en 2010. Cette technologie permet l’allumage et l’extinction à distance, le réglage de l’intensité lumineuse, rue par rue et selon les besoins, la détection des défauts en temps réel et l’anticipation du vieillissement des lampes.
Pour les usagers, c’est un éclairage au plus juste, sans rogner sur la sécurité, mais qui génère d’importantes économies sur la facture énergétique de la ville.

LA RÉVOLUTION DES SMART GRIDS

Les smart grids, ou réseau de distribution d’électricité intelligents, constituent une avancée majeure dans la maîtrise des consommations énergétiques. En cours de déploiement à Lyon, cette technologie permet d’informer et de sensibiliser les usagers sur leurs consommations d’énergie en temps réel.

L’ÉVOLUTION DES SERVICES A LA PERSONNE

Dans le domaine des services à la personne, les nouvelles technologies permettent de réelles avancées au bénéfice des usagers. Le Conseil général de Corrèze a mis en place un dispositif de téléassistance 7 j/7 et 24 h/24 à destination des personnes en perte d’autonomie qui vivent à leur domicile, grâce à l’installation d’émetteurs reliés à une centrale d’appels. Ce système est couplé à des équipements domotiques (détecteurs de fumée, de gaz, de hausses et de baisses brutales de température, système d’éclairage nocturne et communications complémentaires en plusieurs points du logement) pour mieux prévenir les risques et assurer le maintien des personnes à domicile.

À lire aussi :

> L’occasion de reprendre en main son destin numérique