Créée en 2011 à Labège, la start-up Scoop.it organise à partir de demain, mardi 11 mars, la semaine de la curation. Elle se terminera vendredi dans les locaux de la TIC Valley de Toulouse. La curation consiste à sélectionner, éditer et partager des informations sur internet. "C’est une stratégie de contenu qui permet à une société de fabriquer sa réputation sur le web", résume Marc Rougier, président et fondateur de Scoop.it. Interview.

Que représente la curation pour une entreprise ?
La curation est le fait de publier des contenus de façon régulière sur internet. Il peut s’agir de textes, de photographies, de vidéos, etc. Scoop.it est une plateforme de publication sur internet, qui aide les entreprises à publier ces contenus. Les sociétés renseignent d’abord leur spécialité, leur secteur, elles entrent sur notre site des mots clés. Puis nous les aidons à trouver du contenu sérieux à publier sur les médias sociaux, c’est-à-dire un blog, Facebook ou un compte Twitter. C’est une stratégie de contenu, qui permet à une entreprise d’être connue sur le web et de fabriquer sa réputation. À force de publier du contenu, elle est reconnue comme point de référence sur son sujet.

Ce sont surtout les PME qui ont besoin de cet acte de publication. Ce n’est pas le cas de toutes les entreprises. Par exemple, celles qui n’ont aucun business sur le web, comme le boulanger d’un village, n’ont pas besoin d’être curatrices. Les marques hyper connues non plus.

Cette façon de communiquer est-elle aujourd’hui nécessaire ?
Oui. La façon de communiquer a beaucoup changé ces cinq ou six dernières années, depuis la mutation que le web social, aussi appelé web 2.0, a imposé. Avant, la communication était unidirectionnelle, il n’y avait pas de canal de retour. C’était de la simple publicité. Les gens voyaient mais ne répondaient pas. Aujourd’hui, il y a un canal de retour. Tout le monde peut donner son opinion, on est dans une logique de discussion. Pour démontrer sa réputation, il ne suffit plus de le décréter et d’acheter un spot. Les marques doivent désormais converser avec leur audience. Elles ne doivent pas seulement parler de leurs produits, mais aussi de leur environnement, des tendances de leur secteur, de leurs valeurs ou encore de l’innovation.

Toutes les entreprises se sont-elles adaptées à ce changement de communication ?
Pas mal d’entreprises ne l’ont pas encore intégré. Certaines pensent être déjà sur le web, mais en réalité, elles ne se sont pas adaptées à sa mutation. D’autres ont tout simplement peur de la mutation, ce qui est humain. Elles ne savent pas comment s’y prendre, elles ont peur d’être débordées. Elles pensent que cette façon de communiquer prend beaucoup de temps et coûte une fortune. Or, la curation ne représente que 30 minutes de travail par jour, pour des millions de vues sur internet. Les retombées sont immédiates. En ce qui concerne le coût, les services de Scoop.it s’élèvent à 60 € par mois au minimum. Ils peuvent aller jusqu’à 10.000 € par mois pour les grands groupes, qui demandent des services illimités. Nous avons 1.500 entreprises clientes, des petites mais aussi des grosses comme La Poste, Orange, EDF ou AG2R.
Vous êtes basés à Labège et vous avez un bureau à San Francisco. La curation est-elle plus utilisée par les entreprises aux États-Unis ?
Les sociétés américaines ont davantage compris l’intérêt de cette stratégie de contenu que les entreprises françaises, et elles l’ont développée depuis environ trois ans. De plus, elles sont habituées à payer pour la communication, à acheter des services. Ce n’est pas que la France est en retard techniquement, c’est plutôt la maturité des entreprises qui est moins développée dans ce domaine. On remarque une certaine timidité dans la démarche business des sociétés françaises.

La semaine de la curation débute demain à Lille. Quels objectifs vous êtes-vous fixé pour ces quatre jours de conférences ?
Au niveau quantitatif, notre objectif est déjà atteint. Nous espérions accueillir 300 personnes au total. Plus de 400 se sont inscrites. Notre autre but est évidemment de mieux faire connaître Scoop.it et de générer de nouveaux clients. C’est la première fois que nous organisons des conférences dans d’autres villes que Paris ou Toulouse, car il y aussi une demande ailleurs. Nous voulons nous adresser à toutes les entreprises, notamment les entreprises régionales. Notre mission est de les rassurer. Le web ne doit pas leur faire peur, les outils pour le maîtriser existent. Il faut le conquérir !

Propos recueillis par Marie Vivent
© photo Rémi Benoit

En savoir plus :
La semaine de la curation commence demain, mardi 11 mars, à Lille. Elle se poursuit mercredi 12 à Paris, jeudi 13 à Lyon et se termine vendredi 14 dans les locaux de la TIC Valley à Toulouse. Le programme est le même dans chaque ville. De 8h à 10h, autour d’un petit-déjeuner, des conférences sont organisées, et présentées par Marc Rougier, autour de 3 thématiques :
- la curation, un des outils des veilleurs et des community managers
- la curation pour développer et démontrer un leadership naturel
- la curation pour gérer de façon optimale l’intelligence économique et la connaissance au sein de l’entreprise
Elles sont suivies de témoignages et de questions-réponses.
Pour y participer, inscrivez-vous sur ce site. L'entrée est gratuite.