17 mois de travaux et  10 M€ auront été nécessaires pour donner un nouveau visage à Notre-Dame des Grâces. L’ancienne église, désacralisée en 2011, achetée au diocèse de Toulouse par Kaufman&Broad et La Caisse d’Épargne Midi-Pyrénées, puis en partie revendue à Midi2i, a été réhabilitée par l’architecte Pierre Louis Taillandier (Agence TAA).

Verre, métal, briques et pierres blanches constituent la nouvelle identité de Notre-Dame des Grâces, à Toulouse ( avenue Jean-Jaurès). Les arcs florentins ont été conservés, et un ascenseur panoramique de verre et métal fait le trait d’union entre une façade du 17e et celle de l’église (19e). "Même désacralisée, cette église reste un symbole visuel pour nombre de Toulousains, il fallait donc trouver un moyen de la remettre en valeur en jouant avec les traditions", a expliqué l’architecte Pierre-Louis Taillandier à l’occasion de l’inauguration du bâtiment lundi 19 janvier.

Midi2i et Caisse d’Épargne Midi-Pyrénées nouveaux propriétaires
L’immeuble qui avait été acheté au diocèse de Toulouse par Kaufman&Broad et la Caisse d’Épargne Midi-Pyrénées en 2012, appartient désormais à la foncière Midi2i, et à la Caisse d’Épargne. "Nous restons propriétaires de nos agences, et nous avons toujours été présents dans cet immeuble. Nous occupons aujourd’hui 160 m2 accessibles au public depuis les allées Jean-Jaurès, ainsi que des bureaux",  a déclaré Pierre Carli, le président du directoire de la banque. L’immeuble, totalement occupé, est par ailleurs loué par Kaufman&Broad qui y a installé son siège régional Sud-Ouest (2 000 m2 de bureaux, show-room et espace de ventes) et par l’agence de développement digital et technologique Valtech qui loue près de 1 000 m2 pour abriter l’ensemble de ses effectifs toulousains à cette adresse.
Pierre Cabrol, président de Midi2i et investisseur s’est déclaré "ravi de cette opération rapide, qui, avec la future gare TGV à deux pas, est typique des placements que nous faisons dans la plupart des grandes villes de France en ce moment."

4000 m2 de surface plancher après la réhabilitation-extension
"Nous sommes restés sur les volumes de l’église, mais nous avons beaucoup retravaillé les ouvertures pour pouvoir surélever et redistribuer les espaces, nous sommes finalement passés de 2 000 à 4 000 m2 de surface plancher", a décrit l’architecte qui a été chargé de la conception et du suivi architectural du projet. Les aménagements intérieurs ont quant à eux été gérés directement par les architectes d’intérieur de Kaufman &Broad et la Caisse d’Épargne.
Pour unifier la façade principale, le choix d’un mélange de briques et pierres blanches a donc été fait et trois chapiteaux en terre cuite ont été spécialement commandés à la poterie Not, l’un des derniers artisans qui perpétue cette tradition dans la région. On y retrouve le logo Kaufman & Broad, l’écureuil symbole de la Caisse d’Épargne, des oiseaux en prière en référence à l’église, mais aussi dos à dos les visages de deux maires de Toulouse : Pierre Cohen et Jean-Luc Moudenc qui ont accompagné le déroulement de ce projet.  
Côté rue Dalayrac, la façade nord a été largement ouverte pour faire entrer la lumière, tandis que des persiennes en alu contemporaines on été ajoutées côté sud pour protéger la façade.

Béatrice Girard
©photo DR