À première vue, on pourrait être tenté de ne voir dans certaines inventions que des gadgets. La fourchette 10S Fork conçue par un inventeur au nom prédestiné - Jacques Lépine- pourrait être l’une d’elles, si elle ne s’avérait extrêmement utile pour des patients malades. Ceux-ci s’en servent pour réguler la quantité d’aliments qu’ils ingèrent et la durée des repas. Car manger moins vite permet d’arriver à satiété plus rapidement. Cette fourchette connectée serait idéale, donc, dans le cadre de régimes! Mais pas seulement…

Comment ça marche ?

À première vue, rien de très compliqué : la fourchette vibre et clignote lorsque vous mangez trop vite ou lorsque vous ingérez de trop grosses bouchées. La 10S Fork transmet ensuite toutes les informations par Bluetooth à l’application smartphone Slow Control : heure, durée des repas, délais entre chaque bouchée etc. Vous pouvez analyser ensuite ces données afin de rectifier certaines mauvaises habitudes alimentaires.

Obésité, diabète, troubles du comportement alimentaire

Pour les diabétiques, qui doivent en permanence contrôler leur alimentation, cet objet connecté arrive à point nommé. Dans le cadre de l’obésité ou de troubles du comportement alimentaire, c’est aussi une manière simple et efficace de faire des repas des moments « conscients ». Chaque bouchée devient un événement, nécessitant toute l’attention et la participation de la personne! Et les nutritionnistes sont formels : une personne qui se concentre sur son alimentation et prend le temps de manger est plus consciente des quantités ingérées… Et mange moins !

Un buzz… Puis un décollage en douceur !

La fourchette HAPIFork – ancienne version de la 10S Fork – fait le buzz en 2013, mais ensuite  les ventes ne décollent pas. Jacques Lépine décide d’innover dans de nouveaux produits, la cuillère et le doudou connectés, puis le biberon Baby GLGL. Grâce à une levée de fonds auprès d’un groupe de business angels et de Family Office « Monnot invest », l’ancien consultant en propriété intellectuelle espère connaître le succès et augmenter son chiffre d’affaire. Car de son propre aveu, « sur le marketing des produits, il y a une esbroufe considérable, il y a presque des mensonges ! ». Après le démarrage en demi-teinte de sa fourchette connectée, Jacques Lépine sera-t-il plus chanceux avec la cuillère Yum & Done, tout juste commercialisée ? Récompensée de nombreuses fois, notamment au CES 2013 – le salon annuel des innovations technologiques, à Las Vegas -, Slow Control a en tout cas prouvé son savoir-faire, et le potentiel commercial semble être au rendez-vous. Affaire à suivre, donc.

 

À lire aussi :

Objets connectés : de belles réussites et d’énormes potentialités en France